Une minute… avec le typhon Prapiroon

En venant au Japon en juillet, et tout particulièrement sur l’archipel d’Okinawa, nous savions que nous avions une forte possibilité de rencontrer un typhon…. d’ailleurs nous avions été prévenus en préparant ce voyage : il est écrit partout qu’il faut être prêt à faire face à quatre risques naturels majeurs en visitant l’empire du Soleil Levant : les typhons (fait), les éruptions volcaniques (en cours mais pas sur notre parcours), les tremblements de terre et les tsunamis (euh… pas de curiosité particulière nous concernant)…

Après 6 jours de grosse chaleur (36 degrés) à lézarder entre mer (délicieuse) et piscine (trop chaude) avec la clim (trop froide), nous avons donc fait l’expérience d’un typhon (ouragan dans l’Atlantique, cyclone ailleurs) : tout a commencé par des grosses averses dans la journée de samedi ; nous avons commencé à nous inquiéter quand nous avons reçu des alertes (en japonais) sur nos téléphones. La réception de l’hôtel nous a rassurés en précisant qu’il s’agissait d’un ordre d’évacuation pour une autre ville située à… 10 km (seulement ! mais sur l’autre côte, face aux vents). Dans le hall, des panneaux indiquaient le trajet du typhon et les reports de vols, puisque l’aéroport allait être bloqué. Toutes les plantes extérieures avaient été rentrées, les massifs de fleurs recouverts par des filets, le mobilier de piscine ou de plage mis à l’abris. Effectivement, rapidement les rafales se sont accélérées pour atteindre leur maximum dans la nuit.

Ces dépressions tropicales intenses sont assez communes ici et le personnel de l’hôtel – autant que les vacanciers, essentiellement japonais – étaient extrêmement calmes et organisés. Hormis le bruit assourdissant et l’accès aux extérieurs qui était bloqué, la vie suivait son cours. Le lundi après-midi, nous avons pu de nouveau nous baigner en piscine et nous promener dans les jardins. Pas de dégât important dans l’hôtel ; en revanche les dommages ont été beaucoup plus importants quand « Prapiroon » est remonté sur l’ile de Kyushu et la Corée du Sud.

Les images que vous verrez dans la vidéo ci-dessous ont été prises avant et après le typhon – il était évidemment impossible de sortir – et de faire des films – quand le typhon était à son paroxysme sur Okinawa !

Cet article a 2 commentaires

  1. Wow!!!! Glad you had a nice hotel to take refuge!

    1. Hi Gwen, you’re absolutely right ! And the hotel was so big that we could walk our daily 3km without a drop of rain 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu